Cofondateur : de la "fiche de poste" à la signature du contrat

Cofondateur : de la "fiche de poste" à la signature du contrat

Vous avez un portrait-robot assez détaillé du cofondateur, vous savez ce que vous recherchez, c'est un atout de taille, ne le transformez pas en boulet. Il s'agit de grands traits et de points de vigilance à garder à l'esprit, n'en faites pas une checklist avec 59 points qu'il va falloir cocher à tout prix. De la même manière qu'on ne trouvera jamais ce partenaire avec la fougue d'un adolescent et la sagesse d'un Yoda octo-centenaire, on ne trouvera pas le co-fondateur qui remplit absolument et à la perfection tous les critères (si c'est le cas, c'est probablement parce que vous n'avez pas assez fouillé vos critères).

 Avant de sceller le contrat qui vous unira jusqu'à la majorité de votre entreprise commune, vous allez devoir :

  1. Trouver l'incarnation de votre portrait-robot dans la vraie vie
  2. Tester la relation avec votre potentiel cofondateur afin d'être aussi sûr que possible que cette "union" n'est pas pure folie.

Ce sont ces deux étapes que nous allons détailler à grand renfort d'exemples et d'outils dans cet article.


1. La recherche de l'incarnation du portrait-robot de votre cofondateur rêvé


Commençons par la recherche proprement dite. Pour trouver votre cofondateur, vous avez grosso-modo deux stratégies distinctes :

  • Utilisez vos réseaux actuels
  • Explorez de nouveaux réseaux

Les deux stratégies sont intéressantes, et comme rien n'est parfait en ce monde, elles viennent chacune avec leurs lots d'avantages et de désavantages. 

a. Pour rechercher dans vos réseaux actuels

L'énorme avantage de cette méthode est que par définition, on connaît déjà la personne et que plus on connaît une personne au travers d'expériences passées, plus on a de chance de savoir pourquoi il ou elle ferait un bon partenaire. On minimise également les probabilités d'avoir une incompatibilité humaine chronique, ce qui, sans être tout, est loin d'être rien.

Si dans votre réseau de proches, vous avez un candidat idéal, parlez-lui-en : au pire ça fera avancer la réflexion, au mieux vous vous lancerez dans une aventure commune incroyable. N'oubliez pas d'aborder le sujet difficile mais incontournable du risque de pollution pro-perso qui est l'énorme danger de ce genre d'alliance.

Préparez un petit pitch pour les soirées/repas entre potes, il arrive souvent qu'on vous demande "et toi, qu'est-ce que tu fais dans la vie? " C'est le bon moment pour arrêter de vous sentir gêné de ne pas avoir un métier simple, que tout le monde comprend et conçoit aisément type "médecin généraliste" ou bien "horticulteur". Profitez de cette occasion pour :

  1. Vous entraîner à parler de votre projet de façon ludique, intéressante et compréhensible. Plus vous parviendrez à ne pas barber vos amis, plus vous aurez de chance de vendre ou de séduire des financeurs.
  2. Trouver un cofondateur ! #sérenpiditéCalculée


Ensuite, pour explorer vos réseaux, n'hésitez pas à parler de votre projet autour de vous. Pour ça vous pouvez entre autre :

  • Envoyer un email de présentation de votre projet à tous vos amis en leur demandant s'ils ont des retours.
  • Envoyer le même email de présentation à tous les contacts pro avec qui vous avez travaillé sur des projets dans le passé.
  • Envoyer le même email à tous les gens, toutes les connaissances avec qui vous avez fait des projets, que ce soit dans des associations ou pendant vos études.


Le but de l'email de présentation ou de n'importe quel échange fait dans le cadre de cette recherche ne doit pas être "je cherche un co-fondateur pour mon projet X, tu fais quoi dans les 3 prochaines années ?". Si vous faîtes cela, vous serez non seulement "super flippant" mais vous grillerez surtout une précieuse carte "test". Faites simplement connaître votre projet, demandez des retours, des contacts, des idées et vous verrez bien qui s'intéressera et enrichira naturellement votre projet. Le fait que la personne donne du temps et s'intéresse au projet sans que la co-fondation ne soit évoquée est une information très importante.

Si vous utilisez la technique de l'email de présentation, faites du "copié-collé éclairé". L'envoi peut être aussi massif que vous voulez à partir du moment où il est intelligent, personnalisé et où vous répondez à toutes les réponses et les retours que vous aurez la chance de récupérer.

Vous pouvez aussi opter pour la stratégie du brainstorming sur une problématique à laquelle vous faites face, par exemple : "Aidez-moi à trouver un slogan sympa pour mon projet". Vous pouvez encore plus simplement organiser une soirée où vous conviez toutes les connaissances que vous pensez pertinentes, et présenter votre projet pour récupérer leurs retours et leurs précieuses critiques.

Dans tous les cas, votre co-fondateur idéal sera parmi ceux qui auront spontanément à cœur de faire avancer le projet avec leurs idées pertinentes et qui sauront vous les faire entendre.

b. Pour rechercher dans de nouveaux réseaux

L'énorme avantage de cette méthode est qu'elle vous permet dans le même temps d'agrandir votre réseau, ce dont vous aurez de toute manière besoin.Au mieux vous aurez élargi votre réseau tout en trouvant un cofondateur, au pire vous aurez simplement élargi votre réseau. Il s'agit là d'un pari de Pascal somme toute assez simple.

Vous avez 2 grandes manières de rencontrer de nouvelles personnes :

1. Dans le monde réel en participant à des événements organisés autour de la thématique de votre projet ou de la thématique de l'entrepreneuriat :

Par exemple, si la thématique de l'entrepreneuriat engagé vous touche particulièrement, vous pouvez aller aux événements organisés par le MOUVES (Mouvement des entrepreneurs sociaux). Allez également dans les évènements en lien avec votre projet, que ce soit sur le fond ou sur la forme. Pitchez, testez et demandez des retours, des contacts et les rencontres qui s'en suivront enrichiront nécessairement votre entreprise.

2. Nous sommes dans un monde où le virtuel précède de plus en plus la rencontre physique et il ne faut pas négliger la myriade d'outils numériques qui peut ainsi vous permettre de rencontrer des profils intéressants.

    • Le réseau social professionnel "Linkedin" est un endroit où il est très efficace de réseauter. Mettez à jour votre profil avec votre aventure entrepreneuriale en cours. Faites-y de la veille, connectez-vous aux profils qui semblent pertinents, n'oubliez pas d'agrémenter la demande d'un petit message qui introduit votre projet, échangez puis rencontrez si cela semble judicieux.
    • Vous avez ensuite des plateformes plus spécifiques type "cofoundme.org" ou bien "cofondateur.fr" qui proposent de matcher des projets qui ont besoin de cofondateurs et des potentiels cofondateurs. Armé du portrait-robot de ce que vous recherchez, il peut être intéressant de mettre votre projet et vos besoins sur la plateforme. Le plus grand risque est que la perle rare vous contacte !
    • Enfin, comme nous en avons parlé dans le live, il y a aussi "Shapr", la nouvelle application née à Paris et qui cartonne aux US, une sorte de Tinder professionnel. Les couples Tinder font aujourd'hui légion, peut-être que les co-fondateurs issus de cette appli feront de même dans quelques années. Ça ne coûte rien de tester, en fonction de votre domaine d'activité et de voir si le jeu en vaut la chandelle.

Quoiqu'il en soit, lorsque vous êtes en période de recherche d'un co-fondateur (et même, de manière plus générale), ne soyez pas trop pudique et secret quant au contenu de votre projet. Comme le dit bien la plateforme cofoundme.org : ​

"Les idées sont inutiles jusqu'à que vous les sortiez de votre tête pour voir ce qu'elles peuvent faire"

Une idée entrepreneuriale n'est pas la formule simple et opérationnelle après laquelle tous les alchimistes courent depuis des siècles : ne la surestimez pas. En entreprenariat l'idée n'est quasiment rien, seule compte l'exécution. Vous ne trouverez pas de co-fondateur si vous n'êtes pas explicite et un minimum transparent sur votre projet.

Lorsque vous sentez qu'une personne correspond à ce que vous cherchez et a le potentiel de devenir votre cofondateur, il est temps de passer à la dernière étape de votre quête du Graal : tester cette relation afin d'être aussi sûr que possible qu'elle résiste aux tempêtes de l'aventure entrepreneuriale. 


2. La mise à l'épreuve


Ca y'est ? Vous avez quelqu'un avec qui le courant semble plutôt bien passer : la personne est pertinente, elle a l'air gonflée à bloc pour apporter sa pierre à l'édifice, on signe où ?

Tout doux ! Déjà dites et redites-vous bien que de la même manière qu'on ne se marie pas sur un coup de tête Tinder, on ne co-fonde pas un projet sur un coup de tête "Shapr". Votre relation avec votre co-fondateur sera une des relations, voire LA relation la plus importante de votre vie et on ne se lance pas dans l'aventure les yeux clos ou semi-ouverts.

Commencez petit à petit, ne parlez pas de "co-fondation" au départ, gardez-le dans un coin de votre tête mais n'en parlez pas. Lancez-vous simplement sur des projets où vous apprendrez à vous connaître et à travailler ensemble. Est-ce que vous constituez un bon binôme ? Est-ce que les échanges se font de manière fluide ? Comment gérez-vous le stress vécu lorsqu'il a fallu se soumettre à la pression d'une deadline ? Parvenez-vous à réellement lâcher les rênes lorsque vous commencez à travailler ensemble ? Sentez-vous que s'instaure petit à petit une confiance qui vous incite naturellement et progressivement à lâcher la bride ?

Dans cette phase de test, n'hésitez pas à soumettre cette relation naissante à la pression car elle sera dans tous les cas soumise à d'énormes pressions au cours de l'épopée entrepreneuriale. Le succès de votre projet dépendra d'elle, de sa solidité et de son endurance, il n'est par conséquent jamais trop tôt pour la mettre à l'épreuve.

Vous pouvez par exemple tester de vous enfermer pendant 48 heures dans un endroit isolé et solitaire pour co-construire une offre ou quoique ce soit de pertinent pour le projet, et compter les morts à la sortie. Inscrivez-vous à un escape game et regardez comment votre duo gère le mitraillage d'informations diverses et variées qui font la saveur de cette activité. Allez-vous perdre dans l'océan infini en voilier ou accrochez-vous à une falaise d'escalade ! Qu'importe, tant qu'il s'agit d'une activité où il faut vraiment se faire confiance et où votre relation sera mise à l'épreuve. C'est trop simple de s'entendre quand tout va bien et qu'on refait le monde autour d'une pinte. Observez lors de ces activités exigeantes la manière dont votre collaboration s'anime et s'articule alors que la pression vous enserre.

De tous ces temps de collaboration, analysez particulièrement les situations de conflit. Essayez alors de sortir de vous-mêmes et regardez la situation avec hauteur. Parvenez-vous à surmonter vos egos pour atteindre une décision "unanime" ? Et lorsque l'unanimité n'est pas atteignable, débouchez-vous sur une décision qui, grâce à votre communication, engendre le moins de frustrations possible ?

N'évitez surtout pas le conflit, concentrez-vous sur vos capacités respectives à admettre les erreurs, à assumer les responsabilités, à rebondir et à construire.


3. Des questions pour avancer

Voici quelques tests qui peuvent vous aider à faire le tri s'il s'avère que vous ne voyez pas de fin à votre tâtonnement :

1. Posez-vous sincèrement la question suivante : "comment est-ce que je parle de ses compétences ?". Diriez-vous que vous avez de l'admiration pour lui ou elle ? (et réciproquement). Lorsqu'on déprécie les compétences de l'autre, c'est qu'on est pas vraiment convaincu, soit par ses compétences soit par la nécessité de ces compétences dans le projet. Vous avez ni besoin d'un cofondateur incompétent ni d'un cofondateur exécutant vos basses besognes, soyez honnêtes envers eux et vous serez honnêtes envers vous-mêmes et votre projet.

2. Est-ce que votre co-fondateur passe le "test de l'embouteillage"? Imaginez-vous dans une voiture, rentrant d'un rendez-vous client : vous êtes bloqué dans un embouteillage monstre, vous en avez à priori pour des heures, que vous dîtes-vous?

  • "Et m***************de, ça va être loooooooong"
  • "Chouette, des heures qui tombent du ciel avec cette personne, on va pouvoir échanger et avancer, génial !"

Si vous répondez "B" sans hésiter, c'est qu'il ne s'agit pas de la bonne personne … sans hésiter non plus

3. Conseil plus facile à énoncer qu'à pratiquer mais il vaut la peine d'être rappelé : Croyez en votre instinct et à ce que vous disent vos tripes. A priori, qu'on le veuille ou non, les tripes ne changent d'avis que très lentement. Vous n'avez ni le temps ni l'intérêt d'attendre.

Co-fonder un projet qui vous tient à cœur avec quelqu'un est une aventure extra-ordinaire, quoiqu'il advienne. C'est le choix dont dépendra tous les autres, prenez le temps d'en être sûr et faites-le une fois pour toute. Car ensuite vous ne pourrez plus le remettre en question sans remettre en question le projet dans sa globalité.

Vous savez maintenant quelles sont les grandes étapes à respecter et les grandes questions à se poser pour mettre toutes les chances de votre côté dans cette chasse au trésor.

N'hésitez pas à rajouter des réflexions, des idées, des tips ou bien vos témoignages dans la section commentaire

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
mardi 12 novembre 2019