Favori 

10 règles pour éviter de mettre en péril votre projet

10-regles-pour-developper-votre-projet

​Nous assistons avec le plus grand bonheur à une montée en puissance de l'éthipreneuriat et vous êtes de plus en plus nombreux à vous lancer dans l'expérience. C'est absolument génial !

Mais ne nous mentons pas et permettez-nous d'être direct. L'entrepreneuriat n'est pas un monde facile dans lequel vous pouvez vous contenter de vos bonnes idées, de votre charisme et de quelques chiffres 😉.

Parlons un instant de l'envers du décor :

Une entreprise sur deux plie boutique avant cinq ans[1]

Un dirigeant sur 6 est aujourd'hui exposé au burn-out[2]

Les tendances sont à la baisse lorsque vous êtes accompagnés, mais le verdict reste tout de même sévère !

Avez-vous déjà considéré cette information ?

Parce que l'impact de cette triste réalité fait très mal. Nous accompagnons des porteurs de projet et des entrepreneurs tous les jours. Et on le voit, il est extrêmement difficile de mettre la clé sous la porte et de se relever lorsque vous avez investi corps et âme dans votre activité professionnelle.

Imaginez… D'une part, vous faites face à un sentiment d'immense injustice et de de défaite incontrôlée. D'autre part vous prenez de plein fouet la responsabilité d'être fautif. Souffrance, perte de confiance et d'estime de soi. Aïe !!

Tenir dans la durée et gérer son développement, ça se travaille dès le 1er jour. Parce que franchir la ligne rouge, celle du non-retour, ça va très vite.

Votre exercice est de longue haleine. Il nécessite d'être sans cesse sur vos gardes et fait appel à une rigueur contraignante. Mais bien évidemment, le jeu en vaut clairement la chandelle. 

Vous décidez de votre avenir, vous faites vos propres choix. Qu'on se le dise, vous êtes gagnant. Gardez-le toujours en tête, c'est une sacrée liberté !

Et puis jouer avec le feu, qu'on se le dise aussi, au fond on aime bien ça !
Adrénaline quand tu nous tiens…

 L'épée de Damoclès n'est jamais très loin, apprenez à lui sourire, elle est votre meilleur garde-fou !

Elle vous impose des règles fondamentales. Des règles de conduite pour ne pas s'égarer et éviter l'aveuglement… On vous dit tout dans les lignes qui suivent, c'est l'occasion de faire le point. Prenez un papier et un stylo, notez vos réflexions et reconsidérez votre manière de travailler. C'est parti.


1. Réapprendre à se connaître


Un projet ça commence par vous. Vous êtes le fer de lance de cette histoire, vos partenaires comptent sur vous. Voici quelques éléments à interroger pour aller plus loin et mieux s'appréhender. 


Que raconte votre parcours ?


Vous êtes actuellement aux commandes d'une entreprise, d'une asso ou d'un nouveau projet. Cette démarche n'est pas anodine, elle puise sa source et ses motivations dans votre histoire, votre vécu.

Comme chacun d'entre nous, vous avez vos raisons d'agir. Si vous travaillez sur une problématique sociale qui vous touche à titre personnel, vous n'avez pas ni la même approche ni les mêmes comportements que si vous décidez d'entreprendre pour mettre vos compétences techniques au service d'une cause quelle qu'elle soit. Si vous vous intéressez à tous les sujets nouveaux qui vous passent sous le nez, vous n'avez pas la même expertise que si vous êtes passionnés par un sujet de prédilection. Si vous avez grandi dans la douleur, il y a peu de chance que vous vous comportiez comme un de vos collaborateur qui a été choyé. Etc., etc., etc.

Votre histoire détermine votre façon d'appréhender vos actions. Prenez le temps de retracer quelques lignes et posez-vous les questions suivantes :

Qu'est-ce qui vous pousse à entreprendre ? Que souhaitez-vous prouver au monde extérieur ?

Cette connaissance de vous-même vous permet d'expliquer et de comprendre vos manières de réagir.


Traits de caractère


Vous avez sans doute entendu parler des qualités ou des attitudes que "doit" posséder un entrepreneur pour réussir.

Passion, confiance en soi, prise de risque, ambition, détermination, goût du challenge, leadership, ouverture, esprit de compétition, communication, fiabilité, ténacité, goût d'apprendre, motivation, effort, optimisme, persévérance, initiative, débrouillardise, etc.


Mais les seules qui soient valables sont les traits de caractère qui vous appartiennent et vous représentent le plus. Les connaissez-vous bien tous ?


La CCI propose un test en ligne pour déterminer vos traits de caractère entrepreneuriaux. C'est sympa de faire un test, peut-être serez-vous surpris !

Une fois ces traits perçus, vous devez vous en saisir et apprendre à les maîtriser. Parce qu'on le sait tous, lorsqu'un brin de fatigue ou un élan de fierté passe par là, on a vite tendance à les accentuer et à les rendre tout simplement insupportables. Pire encore, ils peuvent devenir préjudiciables. De la case "déterminé" vous passez à celle "d'obstiné", de "leader" redoutable vous devenez "dictacteur"… les biais sont parfois insidieux.


Quelles astuces déployez-vous pour maîtriser vos traits de caractères ? Qui porte un regard sur la part de votre égo qui peut parfois prendre le dessus ?


Les traits de caractère cités au début sont un moteur puissant pour se développer, tenir et se rebooster. C'est indéniable, ils font leur preuve et nous le constatons tous les jours. Mais soyons honnête, bon nombre d'entrepreneurs ne les possèdent pas toutes et ça marche aussi. Ouf !

Dédramatisez, vous n'avez pas besoin d'être parfait pour entreprendre. Cependant entourez-vous de personnes qui détiennent les qualités que vous n'avez pas pour équilibrer l'énergie de votre équipe, ça c'est très important.


Forces / faiblesses.


"Des faiblesses, moi ?? Mais, mais, vous n'y songez pas…"

Haha, c'est le moment de jouer franc jeu. En toute sincérité, il est tout à votre honneur d'être transparent et de faire valoir vos singularités. Vous n'en serez que plus respecté, vous apprendrez à vous surpasser. C'est vous qui grandissez, vous êtes 100% gagnant.


Alors… quelles sont vos 3 plus grandes forces ? Et quelles sont vos 3 plus grandes faiblesses ?


N'essayez pas de devenir ce que vous n'êtes pas et préférez assumer vos faiblesses. Gardez-donc vos forces pour le reste, il y a bien trop à faire. Faites des efforts, ne vous en cachez pas, et trouvez plutôt des alliés qui sauront les sublimer par leur talent personnel.

Votre force est d'être un bon chef d'orchestre et non d'être parfait. Ça ne serait pas drôle, ça ne laisserait aucune place au progrès, aucun intérêt D'ailleurs, réussir à mettre en œuvre ses bonnes idées n'implique en rien la perfection. C'est sur ce point que vous serez reconnu.


2. Savoir où on va


« Heu…c'est quoi déjà la stratégie ? »


Quelle est votre vision ?


Ethipreneur que vous êtes, vous agissez et vous engagez pour un avenir meilleur. Le but de votre démarche est-il bien clair ? Quel est le changement idéal que vous souhaiteriez accomplir à travers vos actions ?

On vous assure que dans les moments déterminants, ça vous sauve. Il est vital de savoir pourquoi on se lève tous les matins. Se rappeler la raison d'être de vos actions vous permet de rester droit dans vos bottes, de regagner en assurance et de regarder droit devant.


Votre vision en une phrase, laquelle est-elle ?


Cette ressource vous permet de mesurer l'intérêt de bon nombre de propositions. En vous rappelant ce que vous défendez, elle vous aide à prendre des décisions et à accueillir les nombreux changements qui vous attendent en chemin.


Missions et objectifs :


Est-ce que le nouveau challenge qui vous grise là tout de suite maintenant est réellement pertinent et nécessaire pour votre projet ? Prenez de la hauteur, toujours ! Foncer tête baissée n'est pas souvent de bon augure.

Vous vous êtes fixés 2,3 missions concrètes pour contribuer à votre vision, n'est-ce pas ? Et vous avez défini des objectifs pour les atteindre.


Les 2,3 grandes missions de votre projet, lesquelles sont-elles ?


Sont-elles fluides pour l'ensemble de vos collaborateurs ? Se les sont-ils appropriées ? Avez-vous de la visibilité sur les objectifs intermédiaires à dérouler pour atteindre ces missions ?

Prendre du recul sur les étapes à franchir vous permet d'aller dans le bon sens et non de guingois. Dans le jargon entrepreneurial, on vous parle du syndrome du tunnel 😉.


3. Fixez vos limites


Avez-vous pris le temps de fixer votre périmètre de jeu ?

Vos ressources et votre capacité de travail sont impressionnantes lorsqu'il s'agit de défendre vos convictions, aucun doute ! A tel point que vous en oubliez parfois le reste. Le monde extérieur prend aussi de la place, remerciez-le, il en va de votre équilibre.

Un super exercice à effectuer est celui qu'on appelle votre « perte acceptable ».

Ouvrez toutes les portes qui font partie de votre vie et considérez-les une à une. Quels sont vos besoins, quelles sont vos limites ?

Que souhaitez-vous qu'il vous reste si tout devait s'arrêter demain ? 


Ma perte acceptable

  • Argent : combien investissez-vous ? quelle est la somme maximum que vous pouvez risquer de perdre sans mettre en péril votre sécurité et celle de vos proches ? Pendant combien de temps acceptez-vous de ne pas gagner d'argent (avez-vous fixé une échéance ?)? Quel salaire minimum vous permet de vivre décemment ?
  • Famille et relation sentimentale : quel temps lui allouez-vous ? quels sont les demandes et besoins de votre partenaire, des limites ont-elles été fixées ? Quels sont les moments de votre vie privée que vous ne voulez pas regretter d'avoir manqué quand vous regarderez en arrière ?
  • Amis : l'amitié est une immense source de réconfort. Qui fait réellement partie de votre cercle proche (ceux qu'en aucun cas vous êtes prêt à perdre) ? Accordez-vous de l'espace à ces personnes, aménagez-vous du temps pour maintenir les liens ? Une relation s'entretient, vos amis ont autant besoin de vous que vous avez besoin d'eux.
  • Loisir : À chacun ses aspirations, quel est votre espace de ressource ? Sport, jardinage, cuisine, lecture, expression ou activités manuelles, etc. Combien de temps considérez-vous nécessaire et indispensable pour être bien dans votre vie, dans votre quotidien ? Réellement… besoin et réalité, où en êtes-vous ? Combien de temps vous donnez-vous pour atteindre ce besoin ?
  • Qu'en est-il de votre image de vous-même et de votre réputation ?

Voilà quelques clés de départ à poser sur papier et ne jamais perdre de vue trop longtemps. Si vous n'avez pas encore répondu à ces éléments, nous vous y invitons de toute urgence ! Il en va de votre bonne santé mentale, cette conscientisation va sans aucun doute apaiser vos années à venir. 


4. Jouer et savoir prendre des risques


 Vous avez délimité ce que vous êtes prêt à perdre et vous connaissez votre ligne directrice, vous pouvez donc dessiner votre périmètre de jeu. Chouette ! Parce qu'il est fondamental de savoir jouer.

Laissez-nous vous rappeler quelques principes importants. Quand vous entreprenez, vous naviguez dans l'incertitude. La vie n'a rien de linéaire et l'entreprise non plus. Fort heureusement pour nous, on s'ennuierait tellement…

D'une part vous ne pouvez pas tout calculer à l'avance. Vous vivez au présent et faites avec ce qui vous arrive. C'est ainsi que vous saisissez les opportunités, que vous créez et que vous laissez place à la nouveauté.

D'autre part vous êtes amené à prendre des risques. Faire, y aller, se mettre en action. Il n'y a que ça pour avancer, non ? Vous ne connaissez et ne contrôlez que vos ressources, vous créez et transformez à partir de ça. Jouez avec ce que vous avez, le reste est la part d'inconnue qui survient grâce avec votre mise en action. Faites confiance à votre attitude.


Et vous, quels risques avez-vous osé prendre jusque-là ?


Lorsque vous jouez, et bien… vous ne gagnez pas à tous les coups. Savoir perdre fait partie de l'exercice ! C'est en échouant qu'on s'améliore, on le sait tous. Vous apprenez, vous rectifiez le tir, et cela vient nourrir votre stratégie. Alors n'y renoncez pas, accordez-vous cet espace de manœuvre. Et pour les plus frileux, prenez votre courage à deux mains, l'audace est le terreau de votre réussite ! 


5. Etre pragmatique 


 « Rêve, mais sans laisser le rêve être ton maître »[3]

Vous l'avez compris, tester des problématiques hasardeuses doit trouver sa place dans votre démarche. Rien n'est impossible, mais il faut tout de même border le périmètre par un brin de pragmatisme. Vous devez savoir vous arrêter à temps, c'est tout l'art de la contrebalance.


Avez-vous établi des règles du jeu ? Pensez-vous avoir la rigueur et l'espace nécessaire à ce suivi ?


Pour savoir si vos nouvelles idées ont un intérêt, vous devez les analyser. Et ce dès le départ ! C'est ici que beaucoup perdent le fil. Parce que c'est le contrepied du fantasme et de l'intuition. Parce que c'est beaucoup moins sympa, c'est la partie rébarbative qui demande du temps, qui n'est pas drôle et que peu d'entre vous ont envie de prendre en charge.

Ceci étant dit, votre intérêt à ne pas minimiser cette partie est immense parce que la majorité des dépôts de bilan prennent leur source ici-même.


Déterminer son processus

Chacune de vos actions doit avoir un objectif de résultat fixé en amont et mesurable. Voici quelques conseils avant de lancer une nouvelle expérimentation.


          • Quel temps vous donnez-vous pour y arriver ? Vous avez tous des contraintes, liées à des impératifs financiers à tenir ou à des emplois du temps déjà bien chargés par toutes les autres choses à faire.


  • Quelles sont vos attentes ? Ne jamais commencer quelque chose sans avoir posé les objectifs à atteindre, vous ne travaillez pas QUE pour la gloire.
  • Avez-vous plusieurs alternatives à tester ? Ces données nécessitent d'organiser et de structurer votre temps. Vous avez sûrement des sous-objectifs à mettre en place pour y parvenir.
  • Quels sont alors vos indicateurs de mesure ? Qu'est-ce qui vous permet de savoir si le chemin est le bon, si ça vaut le coup de continuer ou si vous avez atteint la zone de danger ? C'est HYPER important ! Quantité, qualité, adhésion, acquisition de clients, rentabilité ou visibilité, ou bien d'autres encore… Quelle est la durée impartie à chacun de vos objectifs ? Vous devez parler de ces indicateurs et les déterminer en amont, vous devez les mesurer et les analyser AU FUR ET À MESURE.

L'exercice remet clairement les pendules à l'heure, vous saurez ce qu'il faut faire pour avancer.

6. En parler 


Vous rechignez souvent à discuter de votre idée parce qu'elle n'est pas totalement aboutie, ficelée, validée… Bien évidemment ce n'est pas confortable et ça n'a rien de facile.

Les raisons et les peurs sont multiples. Vous ne vous sentez pas convaincant, vous pensez ne pas avoir les bons mots, vous avez peur d'être pris pour un rigolo ou de vous faire voler votre idée. C'est sûr, y'a plus plaisant que de se ridiculiser devant son écosystème. Mais les retours sont tellement riches ! Qu'on se le dise, vous ne voyez et ne verrez JAMAIS tout.

En réponse, quoi de plus triste que de voir son projet s'envoler parce qu'on n'a pas vérifié le besoin et l'intérêt de son idée auprès de ses parties-prenantes ? Vous avez bien plus à y perdre. Vous serez bien plus fier d'avoir été actif quels que soient les faux-pas, soyez-en certains.

Si vous avez des doutes et que les craintes l'emportent, on ne vous conseille pas d'aller démarcher vos parties-prenantes les plus importantes, chaque chose en son temps. Trouvez d'abord des testeurs anonymes et des acteurs que vous ne serez pas amené à revoir, le territoire français est grand 😉. Ou alors testez-vous auprès de vos proches et de personnes bienveillantes.

Pour ce qui est de l'innovation (notamment lorsqu'il en va de dépôt de brevet), et bien les grands sujets ne tournent pas qu'autour de votre concept technique, tout le reste du projet mérite d'être sondé et partagé. Si votre preuve de concept est facilement duplicable, préférez échanger et être supervisé par des professionnels, les dispositifs d'accompagnement à l'innovation ne manquent pas.

Dans tous les cas, les réponses de vos interlocuteurs sont un de vos indicateurs de mesure les plus pertinent ! Ils vous évitent de perdre du temps, ils accélèrent les modifications et la pertinence de votre offre. C'est une réelle clé de réussite dont vous ne pouvez vous passer.


Les questions à vous poser :


Quels sont vos différents types d'interlocuteurs (votre cercle vous paraît-il ouvert ?)? Sont-ils diversifiés et les choisissez-vous ?


Sur quels sujets échangez-vous ? Abordez-vous l'ensemble des problématiques de développement qui méritent échanges et débats ?


Sonder votre entourage, jauger son intérêt et observer les réactions que ça suscite est gratuit. Profitez-en. 

7. Organiser son travail, réguler son rythme


Vos projets doivent être organisés pour aboutir parce qu'ils nécessitent une combinaison de maints et maints paramètres ! Pensez à une partition de musique : votre mise en musique vous parait-elle harmonieuse ? Avez-vous identifié tous les contours de votre projet ?


Quand on va trop vite on ne voit plus rien.


Prenons l'exemple de l'ascension d'un pic et comparons-le à votre mission. Vous devez gravir la montagne qui se présente à vous. Des grandes étapes découpent votre parcours et rendent lisibles les différents secteurs à traverser. Sur la route vous avez des cairns, des marque-repères pour organiser votre parcours et suivre le bon chemin. Que faites-vous ? Vous allez tout droit ou vous organisez votre progression ?

Parfois il vaut mieux ralentir et avancer pas à pas. Comme votre carte IGN de rando, votre plan d'action vous renseigne sur les temps forts et les indicateurs qui vous aideront à évoluer. D'un, vous éviterez de vous faire aveugler par le but à atteindre et vous ne vous brûlerez pas les ailes. De deux, vous ne manquerez pas les meilleurs points de vue qui composent votre projet. De trois, vous ne perdrez personne en route. On revient sur ce dernier point par la suite ! 


Quand on va tout azimut, on perd son cap


Dans certains contextes, vos actions peuvent perdre du sens.

Vous avez tous envie de résultats probants, vous avez besoin de FAIRE et de prouver qu'il se passe des choses, et cela peut vous amener parfois à saisir TOUTES les opportunités qui se présentent. Ça vous parle ce genre de situation ?

Travailler ses missions et ses objectifs est une chose, mais garder le fil en est une autre. Où en êtes-vous à l'heure actuelle ?

Les occasions ne manquent jamais. Appel à projet, invitation sur un évènement qui vous apporte de la visibilité, etc. Elles sont grisantes ! Mais quand bien même elles se rapprochent de votre mission, y répondent-elles réellement ? Etes-vous prêt, avez-vous les épaules et les compétences pour le faire ? Et surtout quel est l'impact sur le reste de votre activité ? Parce que la moindre nouveauté nécessite du temps, même lorsqu'elle nous paraît minime.

L'impatience vous joue des tours, rien ne sert de foncer bille en tête ou de vous précipiter.


Comment se structure votre espace de travail ?


Il y a les axes de travail stratégique mentionnés un peu plus tôt dans cet article, et il y a la gestion du travail quotidien. Et là… on pourrait en faire un livre tellement il y a à dire, la gestion du quotidien régit notre vie ! Ce sont deux approches distinctes qui requièrent de la rigueur et de la méthodologie. Elles sont indissociables et ne font pas pour autant bon ménage, l'équilibre est un travail de longue haleine.


Qui fait quoi ?

Avez-vous décliné l'ensemble des procédés et des ressources de votre espace de travail ?

Pensez-vous que les tâches de chacun sont adaptées à leurs compétences ?

Quels sont vos temps de communication pour être informé du travail effectué par chacun ?

Utilisez-vous des outils numériques pour fluidifier le travail collectif et gagner en productivité ?


Gestion du temps : à quoi ressemble votre agenda ?

C'est le grand gagnant de la productivité. On est tous inondé de tâches superficielles qui nous prennent un temps fou et ralentissent notre travail de fond. Les mails et les outils de communication sont les numéros un, êtes-vous capable de faire le tri et de prioriser ? Allouez-vous des temps précis au traitement de ces éléments ? êtes-vous capable de dire non aux sollicitations ?


En gros, vous sentez-vous productif ?

Pensez-vous que les tâches de chacun sont bien réparties ?

Parce que vous n'êtes pas et ne serez jamais efficace dans tous les domaines, c'est l'occasion de déléguer. Vous n'êtes pas seul, c'est ce que nous abordons tout de suite.


8. Collaborer et partager


 "Hého !.. tout le monde est là ?"

Comment se sentent vos collaborateurs ? On vous parle ici de votre équipe mais aussi du monde extérieur avec qui vous travaillez. Un projet est le résultat de l'engagement de l'ENSEMBLE de ses parties-prenantes !


Trouvez-vous que la place que vous leur accordez les rend présents et impliqués ?


Parce que vous avez besoin d'eux à bien des égards.

Une activité se construit rarement en solo, c'est le fruit d'un travail collectif où chacun joue un rôle déterminant. Vous devez souder votre équipe, la valoriser et la choyer, absolument ! Sans compter que les connaissances et habiletés de chacun vous permettent de faire face à l'imprévu. Vous avez besoin des autres.

Vos ressources personnelles ne sont pas infinies. Que se passe-t-il lorsque vous êtes fatigué ? Qui prend le relai ? Comparons votre action à une course de relai. Dans l'équipe vous avez des fonceurs, des sprinters et des endurants. Et chacun se passe le flambeau à tour de rôle. Est-ce votre cas ?

Se faire porter par son équipe nécessite une confiance respective des uns envers les autres. 

Vous êtes éthipreneurs, vous souhaitez partager, faites-vous de la place ? Faites-vous confiance ?

Une fois de plus l'exercice n'est pas facile. Nos diverses expériences en SCOP, associations et collectifs nous l'ont bien montré, collaborer et partager demande un effort permanent. Rien d'inné là-dedans.

Vous êtes le garant de cette intelligence collective, ne soyez pas impétueux et faites preuve de discernement. Ensemble on va plus loin.. 


9. Etre attentif


Vous l'avez compris, vous êtes engagé dans un monde incertain et complexe. Ce défi et cette richesse ne s'arrêtent jamais, bienvenue dans l'entrepreneuriat ! Voici une nouvelle clé de lecture pour mieux l'appréhender :

Vous êtes un guetteur, un détecteur de signaux !


La vie dehors


Apprenez à veiller sur le monde extérieur, votre environnement évolue en permanence. Qu'il s'agisse de nouvelles lois, de nouveaux concurrents ou de besoins émergents, votre écosystème change et impacte votre activité. Veiller au grain est indispensable. Il vous permet d'anticiper les évènements à venir et au contraire de saisir les opportunités. Soyez agile !

Faites-vous de la veille ?


La vie dedans

Sortons des faits et parlons émotions. Vous travaillez avec des humains faits de cœur et d'esprit ! Les humeurs changent, les problèmes et les besoins fluctuent avec le temps. L'entreprise ne peut qu'être régie par une suite logique mathématique, attention à ne pas vous laisser corrompre par un pragmatisme rationnel. Apprenez à identifier les signes, prenez du temps pour observer, écouter.

Quelle est l'humeur actuelle de votre équipe ?

Vous est-il déjà arrivé d'aller plus vite et de voir tous les autres à la traîne ? Pensez-vous que le rythme de travail du moment convient à vos collaborateurs ? Faire un parcours longue distance nécessite de ménager sa monture.

Une fois encore, nous ne sommes pas tous dotés des mêmes compétences. Si vous êtes plus à l'aise avec le monde extérieur, trouvez-votre binôme pour l'intérieur, c'est une alternative simple et absolument indispensable. 


10. Prendre ses responsabilités


La dernière règle est inhérente à votre choix d'entreprendre et se fait l'écho des 9 premières. Vous êtes le pilote, vous êtes responsable, votre posture est déterminante.

D'une part, vous prenez les devants. Vous n'attendez pas derrière votre ordinateur et vous ne restez pas dans la complaisance du rêve. Si vous n'êtes pas force d'initiative, comment votre équipe osera-t-elle l'être ? Si vous ne prenez jamais de risque, combien de temps imaginez-vous tenir face aux innombrables propositions de votre secteur ? N'oubliez pas de détruire ce qui stagne et de ramener du neuf, c'est votre rôle.


Qu'avez-vous impulsé dernièrement ?


D'autre part vous assumez les risques. Vous contrôlez ce que vous voulez créer, vous privilégiez la rigueur et les faits. Mais vous faites et ferez régulièrement des erreurs, qu'elles soient les vôtres ou celles de vos collaborateurs. Ce point demande une certaine acculturation de votre part et de la part de votre équipe. Relativisez, prenez l'habitude de désamorcer la bombe si c'en est une et rassurez vos partenaires. Ils ont besoin de votre sérénité, tout va bien, il y a forcément du positif.


Comment avez-vous accueilli votre dernière chute ?


Aussi vous faites face aux réalités. Il y a TOUJOURS des petits cailloux dans les rouages, sans quoi la vie n'aurait pas de saveur… Petit caillou ou pierre de taille, quoi qu'il en soit vous êtes ralenti. Alors jusqu'à quand repoussez-vous ? De toute façon les problèmes ne disparaissent jamais seuls. Vous les affronterez forcément, autant les enrayer à temps et ne pas franchir la ligne rouge. Faites ce que vous devez faire et ne soyez pas dans le déni, un bon conseil d'ami.


Quel problème est enfoui quelque part par-là ? Pendant combien de temps est-ce encore raisonnable ?


Prendre vos responsabilités et assumer les conséquences vous garantit votre liberté d'esprit. On est bien d'accord, cette liberté n'a pas de prix. Foncez. 


Conclusion


Voilà, vous êtes enfin arrivés à destination. Nous venons de vous présenter 10 règles de conduite pour prendre de l'assurance, mener votre projet dans le bon sens et tenir dans la durée.

Pour chacun de ces 10 points, l'objectif est de vous ouvrir des portes, de vous donner des pistes de réflexion et de vous questionner. Répondre à l'ensemble de ces questions vous permet de mieux comprendre votre fonctionnement et d'évaluer ce qui vous paraît manquant. 

C'est long, c'est parfois délicat et inconfortable mais ça vous servira toute votre carrière. 

Prenez le temps d'y répondre.


Parmi ces 10 éléments, lesquels investissez-vous le moins ?


Vous êtes certainement clair et alerte sur plusieurs points et un peu moins sur d'autres. Normal, nous ne sommes pas des êtres parfaits. Cependant vous ne pourrez pas les délaisser, il en va de votre équilibre. Une surestimation de l'un entraîne le déséquilibre de l'autre, alors au travail chers compairs, réajustez votre tir ! Vous avez désormais les clés en main pour y parvenir, et ça commence maintenant.


Quel est selon vous le point prioritaire à développer demain ?


L'intérêt de cet article est de vous fournir une boussole. Utilisez là et préservez votre quotidien.

On sait bien qu'il n'est pas évident de prendre du recul quand on est dans l'action. Avoir une vision d'ensemble permanente relève du défi et requiert une sacrée auto-discipline ! Alors prenons le temps de résumer ces 10 éléments en quelques termes pour vous faciliter la tâche. Complétez-le avec vos mots pour qu'il devienne opérationnel et personnel. 

Faites-en un post-it de choix ou imprimez-le sur un A4. 

Et surtout, surtout… gardez le sous les yeux quand vous vous sentez perdu ou que vous sentez le projet se déliter !

La prescription à suivre 😊

  1. Ma valeur ajoutée / Mes faiblesses
  2. Ma ligne directrice / Mes missions
  3. Ma perte acceptable
  4. Mon espace de jeu
  5. Mon partage d'idées /
  6. Mon analyse de résultat
  7. Mon organisation / ma productivité
  8. Ma collaboration / mon esprit d'équipe
  9. Mon écoute et ma curiosité
  10. Ma responsabilité

Ce guide méthodologique vous permettra de contournez bien des écueils et décuplera sans aucun doute votre résistance. Parce qu'avant tout il faut continuer de s'amuser ! Nous vous en souhaitons un très bel usage. 

Références :

1. 2. 3. Kipling

 

Commentaires 2

Invité - Adrien le jeudi 13 décembre 2018 17:23

Il faut être deux fois attentif (titre 9 & 10) ?

Il faut être deux fois attentif (titre 9 & 10) ? :p
Sabine Pradelle le jeudi 13 décembre 2018 18:20

Non, il faut aussi prendre ses responsabilités ! Merci pour le message...on change cela tout de suite.

Non, il faut aussi prendre ses responsabilités ! :D Merci pour le message...on change cela tout de suite.
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
mercredi 24 avril 2019